le Lundi 16 mai 2022
le Vendredi 13 mai 2022 0:10 Tapage

Commotion cérébrale : Les effets de cette blessure à la tête

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
Les commotions cérébrales sont des traumatismes crâniens qui touchent de nombreuses personnes, qu’elles soient sportives ou non. Ces coups à la tête peuvent être graves et il est important de comprendre pourquoi ils sont si dangereux.

Les commotions cérébrales sont des traumatismes crâniens qui touchent de nombreuses personnes, qu’elles soient sportives ou non. Ces coups à la tête peuvent être graves et il est important de comprendre pourquoi ils sont si dangereux.

C’est quoi une commotion cérébrale?

Vous avez peut-être entendu parler de commotions cérébrales, que ce soit à l’école, au travail ou par des athlètes qui en ont subi. Cependant, qu’est-ce qu’une commotion cérébrale exactement? Lorsque vous êtes frappé à la tête ou au corps, selon le type de coup, vous pourriez avoir une commotion cérébrale.

Votre cerveau gonfle et vous fait perdre temporairement ce qui est considéré comme une «fonction cérébrale normale». Dans l’article Types of concussions sur UPMC Sports Medicine, une citation explique : «Considérez le cerveau humain comme un jaune d’œuf et votre crâne comme une coquille d’œuf. Lorsque votre tête ou votre corps prend un coup, cela peut faire trembler votre cerveau à l’intérieur de votre crâne et le blesser».

Donc, en bref, une commotion cérébrale, c’est quand votre cerveau a été secoué ou a frappé votre crâne et est enflé, vous faisant ressentir des symptômes qui affectent votre vie quotidienne.

Différents types de commotion cérébrale

En ce qui concerne les commotions cérébrales, il existe de nombreux types et catégories différentes. Premièrement, il existe trois niveaux de commotions cérébrales. Les niveaux vont de léger à sévère et ils décrivent la gravité de la commotion cérébrale.

Avec une légère commotion cérébrale, le processus de guérison prendra beaucoup moins de temps et les symptômes ne seront pas aussi graves. Habituellement, une commotion cérébrale légère dure environ une semaine ou deux, selon la personne.

Ensuite, la commotion cérébrale modérée. Les symptômes ressemblent beaucoup à ceux d’une commotion légère, mais un peu pire. Encore une fois, ils ne mettent pas la vie en danger et le processus de guérison dure plus longtemps.

Finalement, les commotions graves. Celles-ci sont les pires que vous pourriez avoir et pourraient entrainer des conséquences à long terme. Pour être considéré comme une commotion cérébrale grave, vous devez généralement vous évanouir. La commotion cérébrale grave est également terrible en raison du temps qu’elle peut durer pour guérir. Il faut des semaines à des mois pour que les symptômes commencent à se dissiper. De plus, si vous subissez une commotion cérébrale grave, vous risquez de subir des lésions cérébrales permanentes pour le reste de votre vie.

Les symptômes de la commotion cérébrale

Entrons dans les détails des choses que vous pourriez ressentir si vous avez une commotion cérébrale. Les symptômes sont un bon moyen de savoir si vous avez ou non une commotion cérébrale.

Selon le niveau, vous ressentirez des étourdissements, des nausées, une sensibilité à la lumière, une sensibilité aux sons, une vision floue, une perte de capacité de concentration, une sensation de fatigue, sensation d’étourdissement, de la confusion, des maux de tête ou des la pression dans la tête, des changements d’humeur, le sentiment d’être plus émotif, des problèmes de mémoire, des bourdonnements d’oreilles, des troubles de l’élocution, des troubles du sommeil et des pupilles dilatées.

N’oubliez pas qu’il y en a plus, mais ces symptômes sont les plus courants.

Ce que vous pouvez faire si vous avez une commotion cérébrale

De nombreux mythes entourent ce que vous devriez faire si vous en avez une. L’un de ces mythes est assez bien connu. On dit, que si vous souffrez d’une commotion cérébrale, il ne faut pas utiliser d’appareils électroniques. Pour vous éloigner complètement de choses comme les ordinateurs, les téléphones, les téléviseurs, etc. En fait, ce n’est pas vrai. Les appareils électroniques peuvent vous causer des étourdissements, une vision floue ou aggraver vos symptômes, mais les éliminer complètement de votre vie pendant la période où vous avez une commotion cérébrale ne fera rien.

Au lieu de cela, vous devriez limiter votre temps d’utilisation. N’utilisez pas votre téléphone aussi souvent, mais utilisez-le tout de même régulièrement. La raison, c’est que si vous enlevez complètement l’électronique, votre cerveau mettra plus de temps à guérir, car il devra être rééduqué à l’utilisation de ces appareils.

Il y a d’autres choses que vous pouvez faire si vous avez une commotion cérébrale. Vous devez rester hydraté, vous reposer, porter des écouteurs ou des lunettes de soleil pour la sensibilité à la lumière et au son, ou prendre du magnésium tous les jours.

À Sudbury, il y a une clinique spécialisée dans ce domaine. The Clinic That Needs No Name, de Kim Brouzes, traite de nombreux patients avec des commotions cérébrales. Elle aide avec de nombreuses blessures, pas seulement des commotions cérébrales, mais c’est elle qui a d’abord mentionné la prise de magnésium. Lorsque vous avez une commotion cérébrale, votre cerveau bloque l’apport de magnésium. Prendre des suppléments vous aide donc à bien guérir.

Prendre les précautions nécessaires

«Il y a 200 000 commotions cérébrales chaque année au Canada» selon un article sur les statistiques de Lésion cérébrale Canada. «La commotion cérébrale liée au sport est l’une des blessures les plus complexes en médecine sportive à diagnostiquer, évaluer et gérer».

Les commotions cérébrales peuvent être un gros problème. Il vous faut six mois pour guérir correctement(même après que tous les symptômes aient disparu et que vous êtes autorisé à reprendre le sport).

Il y a une raison pour laquelle la loi Rowans est en place dans le sport. L’histoire derrière cette loi concerne Rowan Stringer, qui est malheureusement décédé en 2013 des causes du syndrome du deuxième impact. Au cours de six jours, on pense qu’elle a subi trois commotions cérébrales différentes, et personne, y compris elle, ses parents, ses entraineurs ou ses amis, ne savait qu’elle avait besoin de temps pour guérir complètement avant de retourner aux jeux.

C’est pourquoi il est bon d’être conscient. Si vous avez reçu un coup à la tête ou au corps, cherchez de l’aide médicale ou parlez à quelqu’un. Les commotions cérébrales sont graves et peuvent entrainer une aggravation des symptômes ou des conditions pour le reste de votre vie.