le Mercredi 29 juin 2022
le Lundi 16 mai 2022 17:05 | mis à jour le 16 mai 2022 17:08 Arts et culture

Odeur de livres neufs dans la Place des Arts

L’auteur cri Tomson Highway était le président d’honneur du Salon du livre cette année.  — Photo : Julien Cayouette
L’auteur cri Tomson Highway était le président d’honneur du Salon du livre cette année.
Photo : Julien Cayouette
Sudbury — Les chiffres officiels ne sont pas encore disponible, mais la directrice générale du Salon du livre du Grand Sudbury est satisfaite du déroulement et de l’assistance à ce premier rendez-vous postpandémique. Cette première expérience à la Place des Arts du Grand Sudbury a apporté plusieurs leçons qui influenceront les prochains Salons.

Du 5 au 8 mai, jeunes et moins jeunes se sont présentés pour écouter les auteurs parler de leur passion pour la littérature, écouter des histoires, participer à des lancements et, surtout, acheter des livres. 

«On a eu de la bonne rétro des vendeurs», commence la directrice générale, Geneviève Leblanc. «Ils ont fait plus de ventes qu’en 2018. Apparemment qu’une personne sur deux achetait des livres! Parfois plus qu’un.»

Les auteurs lui ont également dit qu’ils avaient adoré leur passage et qu’ils avaient eu beaucoup de demandes de dédicaces et des rencontres intéressantes avec les lecteurs.

Le spectacle de Tomson Highway du vendredi a été très populaire ainsi que la soirée de poésie bilingue qui l’a suivi, révèle la directrice générale. «Ça, c’est certainement à répéter.» Les deux lunchs littéraires étaient aussi pleins.

Présente pendant les quatre jours, Mme Leblanc a quand même remarqué une foule plus petite que ce qu’elle attendait samedi. Une situation peut-être attribuable au beau temps et à la fête des Mères. 

D’autres circonstances ont aussi limité les visites d’écoliers à la foire — comme la pénurie de conducteurs d’autobus —, mais des auteurs ont aussi participé à 85 ateliers avec des classes, cinq de plus qu’en 2020.

Le 5 mai a vu deux évènements à la mémoire de l’anthropologue, homme de radio et conférencier Serge Bouchard. Sa voix grave était connue de plusieurs dans le Nord de l’Ontario, région qu’il affectionnait parmi tant d’autres. Un an après son décès, le Salon du livre lui a rendu hommage avec l’aide de ses collaborateurs. Catherine Voyer-Léger, Jean-Philippe Pleau — son coanimateur du dimanche soir —, Marie-Michèle Giguère et Pascale Montpetit étaient à Sudbury pour parler de l’homme en après-midi et présenter le spectacle hommage Ici Serge Bouchard, qui avait été présentée quelques semaines après son décès au Festival international de la littérature en septembre-octobre 2021.

Photo : Julien Cayouette

Découvrir son chez-soi

Les choses avaient l’air de rouler rondement lors de nos passages au Salon. Geneviève Leblanc indique qu’ils ont beaucoup appris sur le nouvel espace que leur offre la Place des Arts. Le prochain Salon sera certainement déployé autrement.

«La foire [dans la boite noire] était très dense. On manquait un peu de place», dit-elle. Ils exploreront la possibilité d’en mettre dans d’autres lieux, comme au 2e étage. Le Bistro sera exploité au maximum, car l’espace semble avoir été apprécié par les spectateurs. 

«On va peut-être explorer l’idée de mettre un chapiteau à l’extérieur. Ça donne aussi de la visibilité extérieure. Mais au mois de mai, on ne sait jamais quelle sorte de temps on va avoir.»

L’auteur cri Tomson Highway était le président d’honneur du Salon du livre cette année. Le 6 mai, il a présenté Nagamoona, une rétrospective de son répertoire des 30 dernières années, devant une salle presque pleine. Il était accompagné de l’une de ses collaboratrices préférées, Patricia Cano avec qui il a travaillé pour la pièce de théâtre Zesty Gopher s’est fait écraser par un frigo, et le saxophoniste Marcus Ali. 

Photo : Julien Cayouette