le Mercredi 29 juin 2022
le Jeudi 19 mai 2022 14:54 | mis à jour le 19 mai 2022 14:55 Arts et culture

Sortir de son sous-sol

Les participants à la Brunante 2022 et l'animateur de la soirée, Stef Paquette — Photo : Julien Cayouette
Les participants à la Brunante 2022 et l'animateur de la soirée, Stef Paquette
Photo : Julien Cayouette
Sudbury — Après une année de pause pour La Brunante et deux années à «jouer dans leur sous-sol, trois jeunes artistes et groupes ont pu profiter d’une formation avec des professionnels de la musique. Les Désorganizés d’Orléans, l’artiste solo Kaiday d’Ottawa et le groupe Philippe Mathieu de Sudbury se sont succédé sur la scène de la salle Trisac du Collège Boréal le 15 mai pour présenter ce qu’ils avaient appris pendant trois jours de formation.

Les Désorganizés ont été les premiers à monter sur scène avec un mélange de musique rock et traditionnelle. Ce que le chanteur du groupe, Zachary Martin, retiendra de la formation qu’il a reçue au cours de la fin de semaine, ce sera les petits détails qui peuvent être ajoutés à une chanson pour la rendre plus dynamique, comme des pauses et des «surprises». «Nos cerveaux sont pleins de nouveaux trucs, de façons de communiquer ensemble», dit-il au sujet de la formation et des conseils reçus de leur mentor de la fin de semaine, Stef Paquette.

Le batteur, Sheldon Gauthier, révèle que le son unique du groupe d’Orléans provient des gouts très distincts des membres. «Je suis plus dans Rush, le rock progressif, le soul.» «Moi, je suis plus dans le blues, le vieux soul. Notre violoniste est plus dans le folk et le theatrical rock. On met ça ensemble et on essaie de voir ce qu’on peut faire», explique Zachary Martin.

La voix grave et douce de Kaiday a marqué les spectateurs. Ce qu’elle retiendra de son passage à Sudbury, ce sont les conseils que lui a offerts son mentor, le musicien Dan Bédard, pour offrir une meilleure performance sur scène. «Comment améliorer les chansons pour garder l’audience captivée», précise-t-elle. La chanteuse d’Ottawa a adoré son passage à Sudbury et «la petite famille» qu’elle s’est créée pendant la fin de semaine.

Les seuls représentants de la région, le groupe Philippe Mathieu, ont clos le spectacle avec trois chansons qui oscillaient entre balades et pop. L’auteur-compositeur-interprète était accompagné de Michel Roux à la guitare, Patrick Wright à la basse et Nikola Goulet à la batterie. Philippe Mathieu prépare d’ailleurs un album, qu’il enregistrera cet été.

«J’ai appris comment gérer le dynamisme des chansons et comment parler entre les chansons. C’est un grand morceau que je n’avais pas», révèle-t-il. Il a également modifié les paroles de quelques-unes de ses chansons avec l’aide de Stef Paquette et de son mentor, Jacques Grylls.

Philippe Mathieu ajoute que La Brunante a gagné en importance avec la fin du programme de musique de l’Université Laurentienne et les difficultés de celui au Collège Cambrian. «C’est pas mal la seule formation sérieuse qu’il y a ici. Les leçons privées peuvent t’amener seulement à un certain point. Les leçons qu’on a eu ici, c’était d’autant plus important.»

NDLR : Philippe Mathieu est journaliste au Voyageur.