le Mercredi 29 juin 2022
le Vendredi 20 mai 2022 16:57 | mis à jour le 20 mai 2022 16:58 Arts et culture

Le partenariat entre le DigiHub et le CFOF mènera à une exposition virtuelle

Nathalie Boudreau du Musée POP de Trois-Rivières, Patrick Breton du CFOF et Claudine Drolet de DigiHub.  — Photo : Julien Cayouette
Nathalie Boudreau du Musée POP de Trois-Rivières, Patrick Breton du CFOF et Claudine Drolet de DigiHub.
Photo : Julien Cayouette
Grand Sudbury — Le Centre franco-ontarien de folklore, le Musée acadien de l’Université de Moncton et le Musée POP de Trois-Rivières en partenariat avec DigiHub préparent une exposition numérique conjointe qui présentera les réalités respectives de chacune de ses trois régions, sur un même thème. On pense déjà aux thèmes des femmes et de l’agriculture.

L’idée de ce partenariat est née en janvier 2020 quand la coordinatrice des pôles culturels du DigiHub à Shawinigan, Claudine Drolet, a vu passer un programme de financement pour des partenariats avec la francophonie. «Je me suis dit que c’était une belle occasion de pouvoir échanger et de créer des ponts avec la francophonie canadienne», déclare-t-elle. 

Elle a ensuite contacté le Centre franco-ontarien de folklore (CFOF) et le Musée acadien de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick pour échanger sur un projet. Celui-ci a été retenu et ils ont reçu du financement pour trois ans. 

«On a déjà un laboratoire vivant mis sur pied, il y a quatre ans, avec le Musée POP à Trois-Rivières. Ce laboratoire vivant est un lieu où on réfléchit à des enjeux que le partenaire vit, puis les entreprises incubées chez nous proposent des solutions numériques», explique Claudine Drolet. 

Cela permet aux entreprises d’avoir du financement pour faire de la recherche et du développement. Pour les partenaires, ça permet de trouver des solutions innovantes et d’avoir accès à certains outils. Les outils ainsi développés peuvent ensuite être utilisés par d’autres organismes avec des problèmes similaires.

Des réalisations déjà

Les partenariats du DigiHub permettent de construire des prototypes. Avec le musée POP de Trois-Rivières, cinq prototypes ont été faits et certains d’entre eux sont disponibles sous licence. 

La coordonnatrice des pôles culturels du DigiHub explique que le développement d’une application web peut couter 150 000 $. «On en a développé une. Elle est maintenant accessible sous licence entre 20 et 100 $ par mois, selon la quantité de pages que tu utilises. C’est ça notre objectif : créer cette synergie-là pour s’entraider», souligne Claudine Drolet.

Un pas a été franchi à Sudbury aussi. Le directeur du CFOF, Patrick Breton, se félicite que des idées jaillissent dans le cadre du projet. Création de site web, développement d’une application mobile de reconnaissance vocale, etc. 

Pour lui, ce qui est intéressant dans l’échange est qu’on voit trois réalités. «Il y a le musée de Trois-Rivières qui est local, de moyenne envergure; le musée acadien, assez spécifique, qui représente tous les Acadiens dans l’ensemble; et le Centre franco-ontarien de folklore qui est un organisme provincial», fait-il remarquer.

Première excursion en milieu minoritaire

Dans le cadre du projet DigiHub, un autre partenariat a été amorcé avec le Conseil de la coopération de l’Ontario. Un projet piloté davantage pour les entreprises, des échanges d’expertise. 

«On réfléchit à d’autres partenariats qu’on pourrait mettre en place pour la suite. On a beaucoup de partenariat avec la France, mais l’idée est de développer aussi dans les petits milieux, en régions, au Québec et au Canada», indique Claudine Drolet.

Créé en 2014 et basé à Shawinigan (Québec) le DigiHub est un organisme à but non lucratif. Il fournit un espace de formation, de travail et de démarrage pour les entrepreneurs. Il offre tout l’écosystème nécessaire afin de mener à bien les diverses idées d’affaires liées au développement numérique.