le Mercredi 29 juin 2022
le Vendredi 27 mai 2022 15:54 Politique

L’éducation et la main-d’œuvre dominent le débat à Timmins

Gilles Bisson du NPD et George Pirie du PCO lors du débat à Timmins. — Photo : Capture d’écran
Gilles Bisson du NPD et George Pirie du PCO lors du débat à Timmins.
Photo : Capture d’écran
Timmins — Dans le débat du 17 mai, les candidats du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario et du Parti progressiste-conservateur (PCC) de l’Ontario, Gilles Bisson et George Pirie, se sont affrontés sur de nombreux sujets, dont la crise des opioïdes, la main-d’œuvre, l’attraction et la rétention des étudiants internationaux.

La circonscription provinciale de Timmins devrait voir l’une des élections les plus serrées depuis longtemps dans la région. Gilles Bisson vise une neuvième victoire consécutive alors qu’il affronte le maire de Timmins, George Pirie, qui a remporté le siège en 2018 avec 64 % du vote. Il n’y a pas de représentant du Parti libéral de l’Ontario pour cette circonscription. 

De grandes différences

Les deux politiciens, qui travaillent ensemble depuis quelques années en tant que représentants municipaux et provinciaux, veulent tous deux avoir le méritent d’avoir amélioré la situation en matière de lutte contre les surdoses d’opioïdes à Timmins. 

«Ce n’était pas dirigé par le NPD, en fait le NPD n’était pas du tout impliqué», accuse George Pirie. «Ce n’est pas vrai et vous le savez», répond Gilles Bisson. «C’est tout à fait vrai», reprend M. Pirie.

Dans une question demandant d’élaborer leur stratégie pour attirer et retenir des élèves internationaux, les candidats ont soumis des réponses très différentes.

«D’abord et avant tout, il s’agit de s’assurer que les programmes offerts peuvent attirer des étudiants. Nous avons eu un programme d’immigration très bon au Northern College. Une partie de l’attraction des gens est l’accueil qu’ils reçoivent de la ville de Timmins. […] La province soutient toutes les formes d’immigration», dit M. Pirie.

M. Bisson veut faciliter la reconnaissance des certificats de formation obtenus hors du Canada. «Je pense qu’il y a beaucoup de travail à faire dans ce dossier-là», avance-t-il.

Rendre la vie plus abordable est également un aspect important de la question pour M. Bisson. «Nous devons être en mesure de construire plus de logements, puisque même [si les étudiants] peuvent rester, où vont-ils aller?» 

Sur le sujet du manque de la main-d’œuvre, George Pirie n’a pas hésité de défendre la position du ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, Monte McNaughton, d’investir «de grandes sommes dans des programmes pour les collèges». 

Gilles Bisson mentionne qu’il croit dans l’idée de poursuivre une incitation salariale pour les employeurs, fournie par la province pour les nouveaux travailleurs afin d’offrir un salaire plus compétitif.