le Mercredi 28 septembre 2022
le Mercredi 1 juin 2022 0:31 Politique

Élections en Ontario : vers une baisse de la participation au vote?

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
Ontario — Même si le nombre d’Ontariens qui ont voté par anticipation cette année a augmenté face aux dernières élections de 2018, la campagne électorale ontarienne n’aura pas été suffisamment inspirante pour encourager la population à aller voter en grand nombre, ce jeudi, prévoit un expert.

Élections Ontario a révélé lundi que 10 % des électeurs de la province ont déjà voté par anticipation. Au total, 1 066 545 Ontariens ont choisi ce mode de scrutin cette année, alors qu’en 2018, moins de 700 000 électeurs admissibles avaient voté par anticipation, soit 6,8 %.

Il faut dire que cette fois-ci, les électeurs avaient dix jours pour voter par anticipation, alors que lors des dernières élections provinciales, ils en avaient cinq.

Mais il ne faut pas s’imaginer que cette augmentation à la participation au vote par anticipation signifiera nécessairement la débandade aux bureaux de vote lors du jour J.

C’est du moins ce qu’en pense le vice-président de l’agence de relations publiques TACT et ex-conseiller politique, Yan Plante.

Selon lui, on observe une plus forte participation électorale lorsqu’il s’agit d’une «élection de changement», donc rarement après un premier mandat gouvernemental.

C’était le cas lors des dernières élections de 2018, lorsque le taux de participation avait atteint les 58 %. Rappelons que le gouvernement Ford avait délogé le Parti libéral de l’Ontario (PLO), au pouvoir depuis 2003.

Par ailleurs, Yan Plante estime qu’avec son slogan intitulé «C’est votre choix», le PLO espérait cette année une nouvelle «élection de changement» en encourageant les électeurs à aller voter en grand nombre.

«[Les libéraux] veulent une élection de changement, puis normalement, tu obtiens du changement quand le taux de participation est plus élevé qu’à la normale», avait indiqué l’expert lorsque Le Droit lui avait demandé d’expliquer la signification du slogan libéral.

Donc je pense que ce qu’ils essaient de faire, c’est de dire aux gens: “Si vous voulez du changement, vous avez le pouvoir de le faire »

— Yan Plante, vice-président de l’agence de relations publiques TACT et ex-conseiller politique

Le chef libéral Steven Del Duca a confirmé au Droit, lundi, que c’était bel et bien l’intention derrière ce slogan électoral.

Même si le gouvernement de Doug Ford a soulevé de nombreuses frustrations chez les partis d’opposition au cours des quatre dernières années, les Ontariens n’ont pas l’impression qu’ils seront en mesure de le déloger, souligne Yan Plante.

Aller voter, sans aucun doute

Le spécialiste récite un proverbe bien connu dans le monde politique: «Quand un conservateur est frustré, il vote pour un autre. Quand un libéral est frustré, il reste chez eux.»

Ce n’est visiblement pas le cas pour Rana et Joe Baccara, un couple d’Ottawa parent d’un poupon avec un autre bébé en route. 

«Sans aucun doute, j’irai voter. Il faut se débarrasser de ce gouvernement. Les choses vont mal, les garderies coutent très cher, les places sont difficiles et la vie est difficile», raconte Rana.

Et à son mari Joe d’ajouter: «Si on veut que les choses changent, il faut utiliser ce qu’on a entre les mains. Et moi je veux que ce gouvernement change donc j’irai voter.»

Un résident d’Ottawa, Jéricho Mbonimpa, parle aussi de l’importance de participer au processus démocratique. «C’est sûr que je vais aller voter. C’est important parce que mes parents m’ont toujours incité à aller voter. Ainsi, quand les gens que nous avons élus prendront des décisions, je saurai que j’y ai participé. Surtout dans les minorités, beaucoup des gens ne vont pas voter parce qu’ils ne se sentent pas représentés et écoutés.» 

Faible participation depuis près de 30 ans

Cela dit, le taux de participation aux élections provinciales en Ontario n’a pas dépassé les 60 % depuis 1995. Lors des élections de 2011, seulement 48 % des Ontariens étaient allés voter. Aux élections suivantes, en 2014, le taux de participation était de 51,3 %.

Comment expliquer ce phénomène?

Yan Plante note que l’Ontario est l’une des seules provinces où les résidents s’identifient premièrement comme Canadiens, et deuxièmement comme Ontariens. 

Il avance que cela pourrait expliquer pourquoi la population ontarienne s’intéresse moins à la politique provinciale. 

Les Ontariens sont appelés aux urnes le 2 juin.