le Mercredi 29 juin 2022
le Jeudi 2 juin 2022 14:13 | mis à jour le 2 juin 2022 14:14 Sports

La massothérapie sportive qui mène loin

Mélanie Trottier, Sophie Beaudry et Yves Charette — Photo : Julien Cayouette
Mélanie Trottier, Sophie Beaudry et Yves Charette
Photo : Julien Cayouette
Sudbury — Quatre diplômées du programme de massothérapie du Collège Boréal auront la chance d’accompagner Yves Charette à l’Omnium canadien RBC qui se déroule cette semaine au St. George’s Golf & Country Club à Toronto. Une excellente occasion de perfectionnement.

En fait, la proposition était tellement attrayante qu’elles ont immédiatement dit «oui» et ont pris congé pour pouvoir s’y rendre. Elles auront chacune leurs journées de travail dans l’aire de repos des joueurs et des caddies, où Yves Charette offre ses services de massothérapies et d’osthéopathie. 

«C’est toute une opportunité d’acquérir de l’expérience. Ça peut ouvrir d’autres portes», dit l’une des participantes, Mélanie Trottier. 

«Ça va nous  motiver à apprendre des nouvelles choses, des nouvelles techniques», ajoute Sophie Beaudry.

«Pour moi, c’est l’aspect chaotique qui va s’ajouter», prévient Yves Charette. Les allées et venues sont effectivement plus nombreuses que dans le milieu de travail habituel des massothérapeutes, plus de gens qui parlent, qui regardent et qui font des demandes. «Si tu peux vivre ça au début de ta carrière, après ça c’est facile de s’adapter à n’importe quoi.»

«Je ne sais pas à quoi m’attendre. C’est ce qui me rend plus nerveuse», dit Sophie Beaudry.

Seul petit regret : la tente où l’équipe travaillera est située à l’extérieur du club, à Islington. Donc difficile de regarder les golfeurs en action. Mais il et elles devraient être assez occupé.

De retour à Sacré-Cœur

Le programme de massothérapie du Collège Boréal et l’École secondaire Sacré-Cœur ont aussi repris la semaine dernière un partenariat lancé en 2019. Les étudiantes et étudiants venaient quelques fois par semaine pratiquer avec les athlètes des équipes sportives de l’école. La session est terminée par contre, alors M. Charette le fait seul pour l’instant. Les étudiants reviendront en septembre.

L’échange a été suspendu pendant la pandémie de COVID-19. Mélanie Trottier est d’autant plus heureuse d’aller à Toronto, parce que ses années d’études ont coïncidé avec la pandémie. Elle est une de celles qui n’ont pas pu profiter de cette expérience pratique.

Ces séances ont une double et même triple utilité. Les étudiantes ont de la pratique dans une véritable situation, elles voient les effets de nombreux sports sur le corps; les élèves se remettent plus rapidement de leurs efforts physiques et découvrent que la massothérapie, «ce n’est pas seulement de flatter le monde», comme l’illustre le professeur Charette.

Lorsqu’ils découvrent que la massothérapie apporte des bénéfices aux athlètes, ce domaine d’études devient attrayant pour quelques-uns.