le Mercredi 29 juin 2022
le Vendredi 17 juin 2022 0:16 Arts et culture

Réalisation du Garde-Rêve, un rêve réalisé pour les élèves d’Algonquin

Le spectacle «Le Garde-Rêve» à l’École secondaire catholique Algonquin — Photo : Éric Boutilier
Le spectacle «Le Garde-Rêve» à l’École secondaire catholique Algonquin
Photo : Éric Boutilier
North Bay — Une cinquantaine d’élèves de l’École secondaire catholique Algonquin ont présenté un spectacle de théâtre musical à la grande communauté de North Bay. «Le Garde-Rêve» est la réalisation d’une création collective des élèves des cours de théâtre et d’art vocal et des programmes de construction, d’arts visuels, d’arts médiatiques et de markéting.

Au cours des quatre derniers mois, les participants ont travaillé conjointement au montage de ce projet dans le cadre du programme de la Majeure Haute Spécialisation (MHS). Ils ont entre autres écrit l’histoire, fabriqué les décors et les costumes, préparé la scène et la technique.

Les fruits de leurs travaux ont été partagés avec le public le mardi 7 juin à l’auditorium Perron. Il s’agissait d’un moment attendu par plusieurs des jeunes et des enseignants.

«Ça fait extrêmement de bien aux élèves et à moi-même. Les deux dernières années, on a tenté de monter des spectacles, mais ça a été en virtuel — ce qui n’est vraiment pas la même expérience», raconte l’enseignante de musique et de théâtre d’Algonquin, Suzanne Mongrain-Smith.

«Juste d’avoir l’expérience de la scène avec un public qui est là et qui apprécie le spectacle, c’est vraiment fantastique.»

Le spectacle Le Garde-Rêve à l’École secondaire catholique Algonquin

Photo : Éric Boutilier

Simon Dubé

Photo : Éric Boutilier

Simon Dubé et Chloé Gravelle, des élèves de la 11e et 12e année, racontent pourquoi ils ont tant voulu participer à la création de la pièce Le Garde-Rêve

«Je l’ai pris comme classe de théâtre. Pendant l’année, on a tous travaillé sur ça. J’ai trouvé que le projet est venu ensemble vers la fin et c’est exceptionnel et j’adore ça», explique Simon Dubé, qui a joué un villageois québécois et Obi-Wan Kenobi.

Chloé Gravelle

Photo : Éric Boutilier

«L’année passée, on a fait quelque chose en ligne, mais ce n’est vraiment pas pareil qu’être sur la scène et performer devant nos classes. Juste être avec tout le monde comme ça en personne, c’est vraiment une expérience que je ne vais jamais oublier», raconte Chloé Gravelle, l’épouvantail, villageoise pick-me up, poisson du film Nemo et dinosaure d’Histoire des Jouets.

«J’aime beaucoup le théâtre. Je fais partie du théâtre depuis la 9e année lorsque je faisais partie des musiciens dans Aladdin. Je voulais être sur la scène, alors c’est pour ça que j’ai pris le cours de théâtre cette année», ajoute-t-elle. «J’ai tellement manqué être sur la scène. Je fais aussi partie du Café Chantant, alors je suis beaucoup sur la scène et j’ai tellement manqué être en avant des gens.»