le Lundi 27 juin 2022
le Mardi 21 juin 2022 23:36 | mis à jour le 21 juin 2022 23:37 Santé

Robert Mayer marche contre la SLA

Robert Mayer lors de la marche de 2021.  — Photo : Courtoisie
Robert Mayer lors de la marche de 2021.
Photo : Courtoisie
Grand Sudbury — L’évènement annuel de collecte de fonds et de sensibilisation à la Sclérose latérale amyotrophique (SLA), «ALS Canada’s Walk to End ALS» a eu lieu le 18 juin. C’était la première fois que l’évènement avait eu lieu en présentiel en deux ans.

Robert Mayer et sa famille à la marche de 2022.

Photo : Karine Tellier

Robert Mayer est un ancien surintendant de l’éducation pour le Conseil scolaire catholique Nouvelon. Diagnostiqué avec la SLA en 2018, M. Mayer a coupé le ruban qui a lancé la marche. 

«C’est une maladie assez complexe. Il n’y a pas eu beaucoup d’avancements dans les 80 dernières années. On espère qu’avec les nouvelles technologies, qu’il va avoir quelque chose qui va en sortir. On va faire ce qu’on peut contrôler, et c’est de participer à ces évènements-là», dit M. Mayer. 

Selon SLA Canada, la sclérose latérale amyotrophique est une maladie qui « paralyse graduellement les personnes, car leur cerveau n’est plus en mesure de communiquer avec les muscles du corps.» 

M. Mayer explique que la SLA a affecté sa mobilité assez rapidement. J’ai commencé par avoir de la difficulté avec mon équilibre lorsque j’entrainais une équipe de hockey de filles. Je n’avais aucune idée ce qui se passait et [je croyais] que c’était pour être temporaire, raconte-t-il. Il faut dépendre des autres pour voyager. Tu perds ton indépendance graduellement. Il y a des jours qui sont meilleurs que d’autres. Tout vient plus compliqué.» Il reste optimiste et il est reconnaissant pour sa famille et ses amis qui sont là pour le soutenir.

La marche s’est déroulée au parc Delki Dozzi à Sudbury. Au moins 40 000 $ ont été collectés, les chiffres officiels seront connus au cours des semaines à venir. Soixante pour cent de l’argent sera versé aux personnes diagnostiquées avec la SLA et l’autre 40 % ira  à la recherche sur la maladie. 

M. Mayer souligne que le soutien de la communauté a été omniprésent ces dernières années pour la collecte de fonds annuelle, ce qui est indispensable. «Toute petite goutte d’eau va éventuellement faire un seau d’eau. Et tous les seaux d’eau vont éventuellement faire un lac», illustre-t-il.

Les marcheurs de 2022

Photo : Karine Tellier