le Mercredi 29 juin 2022
le Jeudi 23 juin 2022 0:47 Société

Pas possible de donner du sang dans le Nord parce que le besoin est autre

Lors d'un don de plasma, on réinjecte les globule rouge, ce qui explique la couleur plus pâle du sang dans ce tuyau. — Photo : Archives
Lors d'un don de plasma, on réinjecte les globule rouge, ce qui explique la couleur plus pâle du sang dans ce tuyau.
Photo : Archives
Grand Sudbury — La Société canadienne du sang (SCS) dit une fois de plus être à la recherche de nouveaux donneurs. Cependant, il y a deux ans, Sudbury a vu sa clinique de collecte de sang à plein temps être remplacée par un centre de don de plasma. Dans une région sans autres cliniques permanentes de don de sang, les Nord-Ontariens ne peuvent pas répondre à l’appel lancé à la grandeur du pays.

Mais ce ne serait pas si grave selon la SCS. La demande de sang semble être assez stable tandis que la demande de plasma est en forte croissance, soit entre 6 et 8 % annuellement. «On n’est pas sorti de la ville de Sudbury. On a vraiment accentué notre présence», souligne le directeur des opérations du plasma pour la SCS, Pierre-Olivier Renaud. 

Le choix de perdre un centre de collecte de globules rouges pour le remplacer par un centre de collecte de plasma était une transition évidente pour la SCS. «La ville de Sudbury a été identifiée comme un marché à haut potentiel pour combler les besoins de plasma», explique M. Renaud. C’est pourquoi c’est ici qu’a été ouvert le premier centre de dons de plasma au Canada. 

Le SCS n’est actuellement pas en mesure de répondre à la demande de plasma au Canada. «Les besoins de plasma sont quatre fois supérieurs à ceux du sang. Lorsqu’on regarde au besoin du niveau de sang, c’est-à-dire les globules rouges, nous sommes capables de répondre à la demande à 100 %. Nous sommes seulement capables de répondre à 15 % du besoin du plasma en ce moment. Le reste est importé des États-Unis», indique le directeur.

Faible nombre de donneurs

Le SCS enregistre le plus bas nombre de donneurs de sang depuis dix ans. «Durant la pandémie, toutes les activités en présentiel ont été affectées», précise M. Renaud. La clinique de don de plasma est ouverte six jours par semaine de 7 h à 19 h 30.

Le plasma… c’est quoi, encore?

Le plasma est la partie liquide du sang. Principalement composé d’eau, il contient des protéines et des électrolytes importants qui sont essentiels au fonctionnement des cellules. 

Bien que la médecine trouve de nouvelles utilisations pour le plasma presque tous les jours, selon le SCS, le plasma est couramment transfusé aux patients victimes de traumatismes, de brulures et de chocs ainsi qu’à ceux qui souffrent de maladies du foie ou qui sont confrontés à des déficiences multiples en facteurs de coagulation. Le plasma peut également être converti en certains dérivés pour aider à traiter certains virus, comme l’hépatite C.

En donnant du plasma, vous donnez en fait une portion de votre sang. Le processus sépare vos globules rouges du plasma et réinjecte vos globules rouges avec une solution d’eau salée.