le Samedi 20 août 2022
le Vendredi 24 juin 2022 16:16 Société

Balado : Le parcours de la vie d’une immigrante

  Image : Capture d'écran
Image : Capture d'écran
Sudbury — De la France au Canada, d’Ottawa à Sudbury, Priscilla Mbemba, Française d’origine congolaise, aura fait un voyage plein de péripéties. Pour que son expérience profite aux autres, elle a décidé de le partager dans un balado : Tabitha ML Show. Elle partage son histoire aux autres immigrants, mais aussi à tous ceux qui n’ont pas connu une vie comme la sienne.

Priscilla Mbemba réside au Canada depuis bientôt deux ans. C’est un temps relativement court, mais bien rempli de beaucoup de choses, des hauts et des bas. «J’ai passé par autant de pleurs que de rires, des choses que je ne pensais pas que ça existait», souligne Mme Mbemba, actuelle agente de liaison culturelle au Centre de santé communautaire du Grand Sudbury

«Je suis maman, épouse, mais femme avant tout» évoque-t-elle dans son tout nouveau balado. «J’avais envie de parler et de raconter mon parcours : ma vie en France, ce qui m’a poussée à quitter la France pour le Canada et mon parcours très laborieux d’immigration.»

L’histoire en épisodes

Le passé de Priscilla Mbemba sera raconté en plus de vingt épisodes. Quatre sont présentement disponibles. Elle revient, entre autres, sur le personnage de son père qu’elle appelle «héros», cet «homme ambitieux et résilient qui étudiait et qui cumulait plusieurs emplois pour pouvoir boucler les fins de mois». 

Priscilla Mbemba

Photo : Phamai Photography Studio

Mais c’est le troisième épisode qui, pour l’instant, est le plus cher à son cœur. Je ne savais pas que j’étais noire, c’est son titre. Mme Mbemba explique que quand elle avait trois ans, sa famille, qui venait d’émigrer en France en provenance du Congo, s’est installée dans une petite ville où elle venait d’acheter une maison. 

Elle raconte : «J’ai grandi dans cette petite ville. Il y avait 3000 habitants. On a été la première famille noire à s’y installer. Les voisins n’avaient jamais vu de Noirs. Avant d’arriver là, je ne savais pas que j’étais Noire. Je l’ai su dans cette ville parce qu’ils me le disaient», se rappelle-t-elle.

Chercher l’oasis dans le désert

Dans son balado, Mme Mbemba parle longuement des problèmes rencontrés lors de son processus d’immigration au Canada et les partage avec les autres, surtout les immigrants. 

«L’immigration, il faut bien la préparer. Si je m’étais préparée depuis la France, il y a des choses que j’aurais évitées. Les immigrants doivent se préparer à certaines éventualités dès leurs pays d’origine», conseille-t-elle. 

Ils doivent comprendre, poursuit-elle, que quand ils quittent un pays, ils vont vivre d’autres choses, de nouvelles choses. C’est une nouvelle page qu’ils tournent dans leur vie. «Le parcours d’immigration est très difficile, mais il y en a de bonnes choses aussi, il faut chercher l’oasis dans le désert», dit-elle.

Née pour servir

Priscilla Mbemba affirme avoir beaucoup appris de la communauté francophone de Sudbury. «Elle m’a beaucoup aidé. Ça m’a marquée. Et pour quitter Sudbury un jour, j’aurai à réfléchir dix fois». Elle est satisfaite dans cette ville nord-ontarienne, elle qui a émigré pour chercher le meilleur pour ses enfants.

La vie dure qu’elle a endurée, elle pense qu’elle l’a vécue pour pouvoir aider les autres. «Mes douleurs serviront aux autres», rappelle-t-elle. Son balado est disponible sur Spotify et sur YouTube sous Tabitha ML Show.