le Samedi 20 août 2022
le Lundi 11 juillet 2022 0:32 | mis à jour le 11 juillet 2022 14:54 Société

Une nécessité renouvelée

  Photo : Archives
Photo : Archives
Grand Sudbury — Au moment où la Semaine de la fierté de Sudbury fête son 25e anniversaire, le climat social remet son importance à l’avant-plan. À travers les précautions de l’organisation, la communauté 2ELGBTQ+ aura l’occasion de fêter et de célébrer la diversité.

Cet anniversaire sera à la fois l’occasion d’honorer le passé et de planifier l’avenir. «Nous essayons d’avoir ces deux morceaux dans nos activités», indique la présidente par intérim de Fierté Sudbury Pride, Katlyn Kotila. «À quoi ressemblera la fierté à Sudbury dans 25 ans? Comment pouvons-nous travailler vers ce but commun?»

Malgré l’appui extrêmement positif de la communauté sudburoise, Fierté Sudbury Pride n’a pas les yeux bandés. Ils ont aussi vu que le climat politique — au Canada et ailleurs —, la pandémie et les médias sociaux semblent avoir donné plus d’audace à leurs opposants. 

«Des choses qui étaient insidieuses ou pas toujours dans l’espace public sont maintenant très présentes. Plus de gens y portent attention en ce moment. C’est un peu ironique que ça tombe pendant notre 25e anniversaire, mais c’est surtout malheureux», explique Katlyn Kotila. 

De plus, cette édition est la première en personne après deux années d’activités virtuelles et ils désirent célébrer.

«Ça démontre vraiment à quel point des espaces et des évènements comme celui-ci sont nécessaires et pourquoi nous avons besoin d’une Semaine de la fierté», philosophe la présidente.

Prioriser la sécurité

Fierté Sudbury n’avait pas reçu de menaces directes jusqu’à la semaine dernière, mais ce qui se passe ailleurs les a encouragés à redoubler de prudence. Le temps consacré à planifier sécuritairement a entrainé des délais dans la planification et limite ce qui peut être affiché sur internet. 

«La marche de la fierté est l’une des activités pour laquelle nous avons dû faire plus attention. Nos autres activités sont à l’intérieur, alors c’est plus facile de contrôler la situation. Mais la marche est la plus grosse foule de la semaine», explique Mme Jotila. 

Il y aura entre autres des personnes entrainées à surveiller et intervenir tout au long du défilé. Le rassemblement avant la marche a aussi été déplacé du parc Memorial à l’École d’architecture McEwen.

Malgré tout, l’horaire est prêt et Katlyn Kotila espère que tout le monde aura du plaisir.

Il y aura des conférences, des ateliers d’artisanat, un déjeuner, des jeux et le retour d’activités traditionnelles comme Youth Pride Prom et la marche. L’horaire à jour est disponible à l’adresse http://www.sudburypride.com/pride-week-2022/.

Katlyn Kotila, présidente de Fierté Sudbury Pride

Photo : Courtoisie

Solidarité

Le Voyageur a publié récemment deux textes sur le manque d’appui à la communauté 2ELGBTQ+ dans le Nord-Est de l’Ontario à l’extérieur de Sudbury. 

Katlyn Kotila indique que le réseautage entre les divers groupes se met lentement en place. «Nous réalisons que le Nord de l’Ontario fait face à des défis uniques que l’ont ne voit pas dans les régions urbaines comme Toronto ou Ottawa. Nous avons vraiment eu besoin de nous rassembler pour voir comment nous pouvions nous appuyer les uns les autres.»

Les divers groupes de la province essaient présentement de créer une coalition ontarienne de la fierté, révèle-t-elle. Sinon, les représentants de Sudbury vont souvent dans les évènements à North Bay ou Nipissing Ouest et vice-versa. «C’est important d’être en contact avec nos voisins.»