le Mardi 9 août 2022
le Dimanche 17 juillet 2022 17:09 Société

Mgr Pierre-Olivier Tremblay à la tête du diocèse de Hearst-Moosonee

Mgr Pierre-Olivier Tremblay — Photo : Courtoisie
Mgr Pierre-Olivier Tremblay
Photo : Courtoisie
Hearst — Le diocèse de Hearst-Moosonee est sans évêque à temps plein depuis la démission de Robert Bourgon en novembre 2019. Le pape François a remédié à la situation à la fin juin en nommant Mgr Pierre-Olivier Tremblay comme nouvel évêque du diocèse.

Le nouvel évêque est l’un des plus jeunes au Canada. «Je suis très heureux qu’un évêque jeune et vigoureux ait été nommé», a indiqué par communiqué l’archevêque d’Ottawa-Cornwall, Mgr Terrence Prendergast, qui agissait comme administrateur apostolique du diocèse depuis 2019. «Il a bien servi à Ottawa dans une paroisse francophone clé sur le campus de l’Université d’Ottawa et comme membre du Conseil des prêtres qui donne conseil sur des questions importantes.»

Le principal intéressé a été vicaire à Chibougamau de 1999 à 2003. Il a par la suite été en mission auprès des jeunes à Québec en 2003. 

Mgr Tremblay connait l’Ontario pour y avoir servi comme curé de 2010 à 2016 à la paroisse Sacré-Cœur d’Ottawa. À ce moment, il a créé Le Portik, une approche pour impliquer les étudiants de l’Université d’Ottawa dans l’Église catholique.

En 2018, il a été ordonné évêque auxiliaire à Trois-Rivières avant de devenir administrateur diocésain de 2021 à avril 2022.

Mgr Tremblay est titulaire d’un baccalauréat en théologie de l’Université Laval, complété en 2013, en plus d’une maitrise en sciences de la mission de l’Université Saint-Paul, terminée en 1997.

Revitalisation du diocèse

Dans le communiqué de presse remis par la paroisse, on indique que l’arrivée d’un nouvel évêque donne espoir à plusieurs paroissiens. Parmi les principaux objectifs de Mgr Tremblay, lutter contre l’exode des jeunes et dynamiser les communautés sur le territoire du diocèse sont des éléments donnés en exemple. 

«Je veux aider, travailler avec d’autres pour rendre notre monde meilleur. Je n’ai pas de plan de fait, au contraire, je vais commencer par arriver sur place et voir avec les gens», explique-t-il.

Mgr Tremblay n’a jamais été plus au Nord que Timmins lors de ses passages en Ontario. L’évêque se prépare à apprendre et à discuter avec les paroissiens du diocèse. 

Comme missionnaire oblat, Mgr Tremblay se dit sensible au défi de travailler à la réconciliation avec les Premières Nations. «Il me semble qu’il y a un momentum au Canada en ce moment. Il faut qu’on avance sur ce plan-là. Il faut qu’on écoute nos frères et nos sœurs des Premières Nations. Il faut qu’on les rencontre et qu’on apprenne à les connaitre davantage.»

L’installation comme évêque à la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption à Hearst devrait avoir lieu à la fin du mois d’aout.