le Samedi 20 août 2022
le Mercredi 27 juillet 2022 11:37 | mis à jour le 27 juillet 2022 11:40 Arts et culture

Vous montez ou vous descendez

Critique — Les passagers de la nuit

La nuit porte conseil, mais pas pour tout le monde. Le film français Les passagers de la nuit nous en donne de bons exemples. Sobre et sans prétention, le film du réalisateur Mikhaël Hers raconte une histoire à laquelle il peut être facile de s’identifier.

Le mari d’Élisabeth vient de la quitter. Maintenant mère monoparentale de deux adolescents, elle doit trouver un emploi et reprendre sa vie en main dans le Paris de 1984. Un contrat difficile, puisqu’elle est mère à la maison depuis des années. L’animatrice d’une émission de radio nocturne lui donnera sa chance. C’est là qu’elle rencontre Talulah, une jeune sans-abri qu’elle décide d’aider.

Les passagers de la nuit est un film intime. On n’y pose pas de grandes questions existentielles. L’histoire reste centrée sur Élisabeth (Charlotte Gainsbourg) et sur ses enfants. Plus particulièrement sur son fils Mathias (Quito Rayon Richter), qui s’attache le plus à Talulah.

Le titre fait référence à l’émission de radio qui embauche Élisabeth, mais aussi à la vie des personnages. La plupart des scènes se déroulent la nuit. Dans le cas d’Elizabeth, qui dit avoir le sommeil léger, la nuit lui permet de reprendre sa vie en main. 

Talulah (Noée Abita) est une passagère bien différente, qui cherche plutôt le bon arrêt pour descendre du train.

Dans le fond, ces trois personnages sont à la recherche de leur place dans le monde. Leur raison d’être. Ils n’ont pas l’impression d’être destinés à quelque chose de grandiose, ils cherchent simplement à vivre, survivre et être heureux. Les nuits parisiennes ont un rôle bien différent à jouer pour chacun d’eux.

Le récit pourrait se dérouler à n’importe quelle époque, mais 1984 a été choisi. Ce monde sans internet nous sort de notre quotidien et permet à l’histoire de se dérouler à une vitesse beaucoup plus posée. La relation familiale offre aussi une légèreté en se tenant loin des clichés des familles dysfonctionnelles.

Les passagers de la nuit n’est pas un grand film qui vous fera repenser votre vie. Mais il y a une belle histoire inspirante et des personnages que l’on désire voir réussir et être heureux.

Le film sera présenté au Sudbury Indie Cinema Co-op les 28, 29 et 30 juillet. Visitez http://www.sudburyindiecinema.com/ pour les heures exactes.