le Mercredi 28 septembre 2022
le Mardi 9 août 2022 23:38 | mis à jour le 10 août 2022 11:38 Éditorial

C’est assez les cachoteries

  Photo : Archives
Photo : Archives
Éditorial — Imaginez un leadeur politique qui traine son peuple en cour pour l’empêcher de voir ce qu’il prévoit faire avec le pouvoir que ledit peuple vient de lui donner. Ridicule, vous croyez? Ben non, c’est exactement ce que Doug Ford est en train de faire.

Tout ce tiraillage tourne autour de ce qu’on appelle des lettres de mandat. Ces lettres sont en fait les directives qu’un premier ministre donne à ses ministres. Chaque lettre est spécifique et s’applique aux responsabilités de chaque ministère. Elles sont habituellement affichées sur les sites web des différents ministères. 

Ensemble, ces lettres indiquent la voie politique que le premier ministre veut poursuivre. L’ex-première ministre Kathleen Wynne a été la première à les rendre publiques. Justin Trudeau a adopté la pratique au niveau fédéral à la suite de son élection de 2015. 

Mais pas Doug Ford. 

M. Ford refuse de publier ses lettres de mandat depuis son élection de 2018. La CBC avait alors demandé des copies des 23 lettres de mandat aux ministres ontariens. La journaliste Nicole Brockbank avait soumis une requête selon la Loi sur l’accès à l’information. Toutes deux refusées. La CBC a alors porté la cause devant le commissaire à l’Information et à la vie privée qui a statué en faveur du média.

Cette décision ayant déplu aux têtes de mule du cabinet Ford, le gouvernement a soumis la question aux tribunaux. La Cour d’appel et la Cour supérieure de l’Ontario ont toutes deux rejeté la cause. Voilà donc l’Ontario qui devra bientôt se présenter devant la Cour Suprême du Canada afin de continuer à cacher ses intentions politiques. 

Ce qui est le plus ridicule dans tout ça, c’est que Doug Ford lui-même dit qu’il n’y a rien à cacher dans ses lettres. Selon lui, tout le monde sait ce qu’il veut faire, soit «bâtir des routes, des autoroutes, des ponts, des hôpitaux et des écoles». C’est un peu ce qu’il a promis pendant la dernière campagne électorale et ce pourquoi seulement 43 % des électeurs éligibles ont voté.

Ford peut dire tout ce qu’il veut à ce sujet, le fait qu’il ne veuille pas les publier porte à croire qu’il y a bien d’autres choses dans ces lettres. Par exemple, Ford a récemment mentionné l’idée de donner plus de pouvoir aux maires. Sa lettre au ministre des Affaires municipales incluait-elle cette demande sortie de nulle part? 

Il y a ainsi plusieurs décisions à venir dans tous les ministères qui mériteraient des discussions préalables. Les lettres de mandat pourraient nous en informer.

Alors, pourquoi essayer de tout cacher? Peut-être est-ce tout simplement le désir du secret des conservateurs qui aiment travailler derrière le rideau. Un humoriste pourrait même dire que c’est parce que les lettres de Ford sont trop mal écrites pour être publiées. Après tout, on se doute qu’au secondaire, il a fumé plus de pot qu’il a écrit de compositions.