le Vendredi 2 Décembre 2022
le Dimanche 25 septembre 2022 10:06 | mis à jour le 25 septembre 2022 14:05 Francophonie

Amélie Hien reçoit le Prix de la francophonie

Amélie Hien — Photo : Courtoisie
Amélie Hien
Photo : Courtoisie
Sudbury — L’ACFO du grand Sudbury a remis le Prix de la francophonie 2022 à Amélie Hien. La professeure a réalisé plusieurs recherches sur la francophonie en milieu minoritaire, entre autres sur les questions des services en français.

«C’est beaucoup d’émotions. À tel point que je me suis demandé si je le mérite vraiment. C’est une grande joie de savoir qu’il y a des gens dans la communauté qui ont estimé que ma contribution valait la peine d’être soulignée», dit-elle au Voyageur.

Madame Hien est devenue professeure titulaire à l’Université Laurentienne en 2019, où elle a enseigné entre 2005 et 2021 et où elle a été directrice de Département d’études françaises de 2019 à 2021. Étant une des professeurs.es qui a perdu son poste à l’Université Laurentienne, parce que son programme faisait partie des 69 programmes que la Laurentienne a éliminés dans le cadre de sa restructuration en recourant à la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, elle est maintenant à la direction l’École internationale de français (EIF) de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Mais Sudbury et le Nord de l’Ontario occupent encore une grande place dans sa vie.

Au niveau communautaire, Amélie Hien s’est impliquée dans de nombreux comités comme la Coalition nord-ontarienne pour une université de langue française et le Comité triculturel pour l’éducation universitaire à Sudbury. Elle a aussi été membre du Conseil consultatif de la Communauté francophone accueillante de Sudbury, du Conseil d’administration du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, du Comité encadreur du Réseau du Nord pour le soutien à l’immigration francophone, du Comité consultatif francophone de l’hôpital Horizon Santé Nord, entre autres.

«J’ai adopté vraiment la communauté de Sudbury et je m’aperçois que la communauté qui m’a accueillie m’a aussi adoptée», dit-elle. Mme Hien est la première personne des communautés ethniques à recevoir le Prix de la francophonie. Elle espère que son cheminement pourra en aider d’autres.