le Lundi 5 Décembre 2022
le Lundi 3 octobre 2022 22:46 | mis à jour le 4 octobre 2022 7:25 Santé

Amélioration de l’internet au Centre Univi

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
Sudbury Est — Le Centre de santé Univi offrira bientôt de meilleurs services de télémédecine et de rendez-vous virtuels aux résidents de Rivière des Français et de Markstay-Warren. Le Centre sera équipé d’une connexion internet haute vitesse afin d’améliorer la qualité et la fiabilité des soins de santé à distance.

La Municipalité de Rivière des Français et Partenaires dans l’économie Sudbury Est et Nipissing Ouest financent les travaux de modernisation de l’infrastructure de l’internet à large bande dans les villages d’Alban et Warren. «Ça va nous donner accès aux dossiers médicaux électroniques plus rapidement», précise la directrice du Centre Univi, Nicole Plante-Dupuis.

Présentement, les professionnels de la santé ont de la difficulté à répondre aux besoins de leurs clients en raison de la lenteur du réseau.

«Ils sont dix intervenants à Alban; ce qui inclut les programmes communautaires. Souvent, ils sont tous sur le réseau. Avec l’augmentation de la vitesse, ça va vouloir dire qu’ils vont avoir moins d’interruptions», explique Mme Dupuis-Plante. 

«Souvent, on ne pouvait pas être plusieurs sur des plateformes comme Zoom ou pour des choses comme des sessions de formation ou des réunions de gestion pour les professionnels. C’est vraiment l’infrastructure de base qu’on va améliorer.»

Du côté de la municipalité, les dirigeants désirent s’assurer que les résidents aient un accès équitable à des soins sans avoir à se déplacer.

«La mairesse et son administration croient qu’il est important de retenir et d’améliorer les soins de santé locaux, car il y a plusieurs retombées économiques et sociales qui sont essentielles afin de développer de saines collectivités rurales», dit l’agent de développement économique de Partenaires dans l’économie, Sébastien Lagrandeur.

«Ce partenariat va permettre à Univi de faire des mises à jour jusqu’à 100 mégaoctets par seconde et de préserver dix emplois — dont des infirmières praticiennes, des médecins, des travailleuses sociales, des diététiciennes et des travailleurs d’aide communautaire.»