le Mercredi 30 novembre 2022
le Mercredi 12 octobre 2022 14:52 Santé

Situation préoccupante pour les soins de santé primaires

  Photo : Shutterstock
Photo : Shutterstock
Timmins-Hearst — Au moment où les données de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO) montrent que Timmins a besoin d’un minimum de 17 médecins en soins primaires, cette région n’a vu que trois arrivées de nouveaux médecins familiaux au cours des cinq dernières années. Le comité de recrutement et de rétention de médecins de la partie nord tire la sonnette d’alarme pour les patients orphelins, dont le nombre ne cesse d’augmenter. Des médecins de famille continuent en effet de quitter pour diverses raisons.

La directrice général du Centre de santé communautaire de Timmins, Michelle Stevens

Photo : Archives Le Voyageur

Le groupe de leadeurs et de bénévoles en soins primaires incite le recrutement et la rétention de médecins de soins primaires à Timmins en impliquant les partenaires communautaires. En plus du départ d’une dizaine de médecins depuis le début de la pandémie, Timmins prévoit plusieurs autres départs pour la retraite dans les années à venir. 

Ces postes vacants doivent être pourvus pour assurer les soins primaires à la population, mais aussi «pour être en mesure d’accommoder les nouveaux arrivants, les gens qui travaillent dans les mines, dans le domaine de la construction. On veut être en mesure de leur dire : venez à Timmins, vous allez avoir un médecin de famille. C’est important pour l’économie de Timmins», lance la directrice générale du Centre de santé communautaire de Timmins (CSCT), Michelle Stevens; également membre du comité de recrutement et de rétention de médecins.

La lourdeur du fardeau décourage ceux qui sont encore là

Certains médecins de famille quittent la région pour prendre leur retraite et il y en a d’autres qui ne parviennent pas à tenir parce qu’ils sont débordés par le travail. Comme la région connait une pénurie préoccupante de médecins de famille, ceux qui restent, particulièrement dans des régions rurales, doivent travailler de nombreuses heures.

«La lourdeur du fardeau du travail que j’ai a aussi une implication sur cette décision-là», confie Dre Nicole Ranger, qui vient d’annoncer son départ, en mars prochain, de l’Équipe de santé familiale Nord-Aski. Elle dit que ça lui fait beaucoup de peine de laisser ses patients de Hearst, mais «je dois me rapprocher de ma famille pour mon mieux-être». 

Hearst connait une pénurie de médecins similaire à Timmins.

La directrice générale du CSCT reconnait, elle aussi, que l’impact de la pandémie a un «effet de travail écrasant pour les médecins de famille. C’est pour cette raison aussi que les gens ont quitté», dit Michelle Stevens.

Les candidats aux élections municipales interpelés

Le groupe de travail demande aux candidats qui se présentent aux élections municipales du 24 octobre de s’engager à appuyer le recrutement de médecins. «Nous demanderons officiellement l’appui du nouveau conseil municipal pour le recrutement», déclare Mme Stevens. 

«Nous approcherons également la Chambre de Commerce, les entreprises locales et les mines pour demander une contribution financière à l’élaboration d’incitatifs pour attirer des médecins à Timmins. La pénurie de médecins s’est aggravée considérablement; cet investissement est crucial pour aider les citoyens à obtenir les soins de santé dont ils ont besoin, pour soulager le stress de notre hôpital et des intervenants de soins primaires existants et pour aider à renforcer notre économie», réitère-t-elle.

Quelle est l’issue?

Pour augmenter le nombre de médecins de famille dans le Nord de l’Ontario, les yeux sont braqués vers l’Université de l’EMNO. «L’EMNO est un énorme contributeur à être capable d’alléger cette pénurie-là», croit Dre Ranger. 

Elle recommande aussi de réévaluer et de valoriser, au niveau provincial, les médecins de famille. «Ce sont des gens qui ont une grande responsabilité pour la continuité des soins des gens. Ils font de l’urgence, la médecine pour les soins aigus, ils prennent soin des patients dans les milieux de soins à long terme, ainsi qu’en milieu clinique. Ce n’est pas voué à tout le monde de faire tout ça.»

Enfin, il faut être compétitif avec l’aide de partenaires communautaires. «En tant que fournisseurs de soins de santé du district, nous devons offrir des incitatifs de recrutement et de rétention semblables aux communautés environnantes, comme Matheson, Iroquois Falls, Cochrane, Marathon, Sturgeon, Kapuskasing, Hearst et Wawa. Ces communautés ont créé avec succès des stratégies de recrutement et de rétention en soins primaires avec l’aide de partenaires communautaires» explique la directrice de médecine familiale à l’Hôpital de Timmins et du district, Dre Lesley Griffiths, dans le communiqué original. Elle est également membre du comité de recrutement et de rétention de médecins.