le Vendredi 2 Décembre 2022
le Mardi 18 octobre 2022 17:02 Arts et culture

Jeux de perceptions – «Serre-moi fort»

Critique — Un réalisateur qui sait ce qu’il fait peut raconter des histoires autrement. C’est que tente le réalisateur Mathieu Amalric avec le drame «Serre-moi fort». Il réussit à jouer avec nos perceptions et à créer une histoire avec un impact émotif puissant.

Clarisse quitte son époux et ses deux enfants pour prendre la route. Malgré cette distance qu’elle tente de créer, elle ne peut faire autrement que de penser à eux. Même de s’imaginer ce qu’est leur vie, ou ce qu’elle pourrait être. Pourquoi n’est-elle pas capable d’arrêter de penser à eux?

Serre-moi fort nous entraine entre réalité et fiction. Les scènes sont un va-et-vient entre la vie de Clarisse et celle de sa famille sans elle. Il y a assez d’indices pour nous faire douter de ce que l’on voit, pour que l’on se demande quelle version présente la réalité. 

On l’apprendra avant la fin, dans un dévoilement qui nous fait voir plusieurs scènes d’un tout autre point de vue.

Les transitions entre les scènes renforcent l’intrigue, avec la musique ou un mouvement qui se transmet de l’un à l’autre. La construction narrative nous pousse à questionner tout ce que l’on voit et nous garde dans le mystère, impatient de voir ce que l’on découvrira.

Ces transitions sont l’un des éléments visuels les plus forts du film. Ils laissent leur trace dans notre mémoire, renforçant l’impact émotif de la fin. La musique joue également un rôle important et les morceaux de piano qui ponctuent les scènes et les transitions sont souvent envoutantes.

Le film aurait quand même pu être plus court. Rétrospectivement, certaines scènes auraient été plus appréciables si elles avaient été plus courtes et le risque de perdre l’attention du spectateur — ou de cultiver son impatience —, aurait été moindre. On n’y retrouve pas non plus de performances à couper le souffle. Presque tous les acteurs sont justes, sans plus.

Serre-moi fort est présenté au Sudbury Indie Cinéma jusqu’au début du mois de novembre, avec des projections les 20, 23 octobre et 1er novembre.