le Mercredi 30 novembre 2022
le Vendredi 11 novembre 2022 16:13 | mis à jour le 11 novembre 2022 16:14 Société

Comprendre la vie des immigrants grâce à Cuisine ton quartier

  Image : Fournie
Image : Fournie
Semaine nationale de l’immigration francophone

Sudbury — Pendant la semaine nationale de l’immigration, le Théâtre du Nouvel Ontario (TNO) fera connaitre davantage les balados Cuisine ton quartier de Sudbury de son partenaire Quand l’Art passe à l’Action (ATSA). Avec ce projet, on découvre les parcours enrichissants de personnes immigrantes. Ceci aide les nouveaux arrivants qui voudraient se projeter dans l’avenir. En dehors du Québec, le projet opère à Sudbury et à Winnipeg.

Le TNO, qui s’occupe du projet Cuisine ton quartier, «va s’organiser pour le diffuser et le faire sortir le plus souvent possible. Et puis, bientôt, on va même avoir un cahier pédagogique qu’on va pouvoir offrir dans les écoles, les bibliothèques, les centres pour personnes âgées, toutes sortes de situations, d’institutions, d’activités que les gens vont pouvoir faire à partir de l’écoute des balados, pour se sensibiliser à la vie des immigrants francophones de Sudbury et d’ailleurs au Canada», annonce la directrice générale et artistique de Quand l’art passe à l’action (ATSA), Annie Roy.

Basé à Montréal, ATSA opère partout, autant à Montréal, au Québec, au Canada, qu’internationalement. Il fait beaucoup de projets qui vont à la rencontre des gens, recueillir leur vécu, leur expérience. «On l’a toujours fait en personne, en présentiel lors d’évènements. Mais évidemment, avec la pandémie, les choses ont un peu bougé. Puis c’est ça qui nous a amenés vers l’idée du balado», souligne Annie Roy, en parlant de l’origine du projet balado Cuisine ton quartier.

L’objectif de Cuisine ton quartier, explique-t-elle, est de faire connaitre et valoriser les communautés francophones du Canada par le biais de l’immigration francophone. Le projet veut montrer que les communautés francophones actuelles sont vivantes, en intégration avec les nouveaux arrivants francophones du monde entier.

«Avec Cuisine ton quartier, on voit que l’apport des nouveaux arrivants francophones dans les communautés francophones du Canada est essentiel à la vitalité des communautés francophones. Évidemment, ça nous a fait rencontrer des personnes extraordinaires qui ont tous des parcours différents», ajoute Annie Roy.

Les gens quittent leurs pays pour plusieurs raisons, pensant améliorer leur sort et celui de leurs enfants. «En venant au Canada, on espère qu’on va avoir des meilleures chances d’avenir, mais ce n’est pas facile pour autant. C’est un parcours du combattant. C’est un parcours de gens extrêmement courageux, extrêmement résilients, qui doivent trouver les services et leur place dans cette hégémonie culturelle anglophone états-unienne ou canadienne», fait remarquer la directrice générale, qui est aussi cofondatrice d’ATSA.

L’organisme Quand l’art passe à l’action fête ses 25 ans cette année. Il fait normalement de l’art dans l’espace public, dans un esprit de valorisation des citoyens et leur capacité d’agir dans leurs communautés.

Signification de Cuisine ton quartier

«Cuisine ton quartier, c’est un peu comme une soupe. C’est comme si on était une soupe humaine. Et on est tous là dans le même bol. Il faut que ça goute bon. Il faut que ça soit le fun de vivre ensemble. C’est l’idée de l’analogie culinaire. Mais on ne fait pas du tout de la soupe, on est vraiment dans le vivre ensemble, dans le mieux se connaitre», illustre Anne Roy. 

À l’arrivée de la pandémie, Cuisine ton quartier a pris la couleur d’un balado. On va dans les quartiers de Montréal à la rencontre de personnes nouvellement arrivées ou arrivées depuis longtemps. On voit comment elles vivent, comment elles s’acclimatent, comment elles vivent en français. Leur parcours.

L’idée d’aller vers le reste du Canada les a amenés à Sudbury puis à Winnipeg. L’organisme a reçu une subvention assez importante pour aller partout au Canada en trois ans. «Pendant trois ans, on va continuer ce projet, ce projet qui a déjà plus de 210 entrevues et qu’on peut aller écouter sur notre site web», déclare Mme Roy.

Différents immigrants francophones habitant Sudbury ont participé dans la narration des balados montrant la réalité de l’immigration au Nord de l’Ontario. Pour écouter les épisodes, visitez le site https://atsa-cuisinetonquartier.ca/ et cliquez sur Sudbury.

Normaliser le bilinguisme à Sudbury

La directrice générale et artistique de Quand l’art passe à l’action, croit que la communauté anglophone de Sudbury pourrait faire un plus grand effort pour démontrer leur fierté d’être une ville qui a une grande communauté francophone. 

«Je dirais que par exemple, dans les restaurants, les menus devraient être bilingues. Je trouve qu’il y a beaucoup de choses qui manquent pour être capables de vivre en français. Le bilinguisme devrait être un petit peu plus normalisé pour que les gens qui veulent vivre en français ne se sentent pas constamment dans une bataille. Il y a les hôpitaux, les grands services, mais il y a aussi l’entreprise privée, les commerçants, etc. Je trouve qu’il y a un manque de ce côté-là», déplore-t-elle.