le Mercredi 30 novembre 2022
le Dimanche 20 novembre 2022 17:08 Arts et culture

En vouloir plus : une bonne ou une mauvaise chose?

La couverture de l'album Paroles de Saxo!
La couverture de l'album Paroles de Saxo!
Critique : Jean Cloutier – «Paroles de Saxo!»

Le saxophoniste de jazz Jean Cloutier a lancé son deuxième album, Paroles de Saxo!, le 27 septembre. Il s’agit d’une collaboration étroite avec une amie de longue date, l’auteure-interprète Danièle Vallée. Un album minimaliste par nature, l’exécution et l’échange nous donnent le gout d’en entendre encore plus.

Composé de seulement six chansons, l’album est principalement de nature vocale et ne correspond pas aux critères typiques du jazz vocal : un groupe complet. Il s’agit plutôt d’un échange entre le saxophone et la voix, avec seulement un peu de contrebasse et de batterie ici et là.

On peut apprécier la façon dont Jean Cloutier choisit ses compositions. Il n’y a pas de compositions originales sur cet album. Elles sont toutes basées sur les œuvres d’autres compositeurs. La plus célèbre est peut-être All Blues, tirée de l’album Kind of Blue de Miles Davis sorti en 1959 qui est présenté dans le cinquième titre de l’album, Darling

Lors d’une précédente entrevue avec Le Voyageur, les musiciens ont mentionné que ces chansons représentent plus de 20 ans de collaboration et de performances sur scène, ensemble. En effet, à l’écoute de l’album, on sent que ces compositions ont été imaginées pour la scène. 

Un peu dramatiques par moments, doux, intimes, minimalistes et pourtant un peu intenses, elles montrent une sorte de production de théâtre musical qui ne manquera pas d’être appréciée par les acteurs et les comédiens.

Après une écoute approfondie, je pense que le fait d’en vouloir plus de ces musiciens signifie qu’ils ont effectivement fait du bon travail. Cependant, si on apprécie plus la musique impliquant de nombreux musiciens, cet album cadre moins dans nos critères. Pour ce qui est de maintenir l’intérêt de l’auditeur, les petites structures peuvent poser un plus grand défi à cet égard en raison de la sous-stimulation. 

Lorsqu’il y a toujours quelque chose à écouter, quelque chose de nouveau, quelque chose qui attire votre attention toutes les quelques secondes, c’est là que la musique devient hyperintéressante. Un piano aurait resserré le groupe et apporté un peu plus de couleurs aux performances collectives.

Il y a une bonne quantité de tranquillité sur ce disque et les musiciens ont bien exécuté ce qu’ils voulaient accomplir en premier lieu.