le Dimanche 5 février 2023
le Lundi 12 Décembre 2022 0:03 Économie et finances

L’émergence potentielle d’un nouveau joueur dans le transport maritime

Le centre-ville de Marathon. — Photo : Éric Boutilier
Le centre-ville de Marathon.
Photo : Éric Boutilier
Marathon — La Ville de Marathon et la Première Nation Biigtigong Nishnaabeg (Pic River) pourraient, dans les prochaines années, devenir une plaque tournante pour le transport de marchandises et de matières premières. Les deux communautés ont signé une entente formelle pour établir et exploiter une administration portuaire aux abords du lac Supérieur.

La signature de l’entente

Photo : Courtoisie

Située sur la Transcanadienne 17 environ à mi-chemin entre Sault-Ste-Marie et Thunder Bay, Marathon veut profiter de sa situation géographique afin de diversifier son économie et améliorer les perspectives de carrière dans la région.

«Lorsque le moulin a fermé ses portes en 2009, nous avons entrepris des travaux de nettoyage du site pendant plusieurs années. Lorsque le ministère [de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs] a déclaré le site comme étant propre, nous avons vu ça comme un énorme atout pour la communauté», explique le maire de Marathon, Rick Dumas.

Les anciennes infrastructures maritimes de Marathon Pulp sont toujours en place et pourraient à nouveau accueillir des navires de charge océanique et des Grands Lacs.

«Avec le développement potentiel d’une mine de cuivre et de palladium qui se trouve dans les dernières étapes du processus d’approbation, nous voyons d’immenses opportunités qui relèvent de la sphère d’une société portuaire.»

Les dirigeants de Marathon et de Biigtigong Nishnaabeg seraient partenaires égaux dans le projet d’administration portuaire Peninsula Harbour. Ils veulent redévelopper et transformer le site de l’ancienne papetière Marathon Pulp en véritable carrefour de transit pour mieux servir les industries de la région et à l’international, tout en respectant l’environnement.

Lorsque les conclusions d’un rapport indépendant seront publiées dans les six prochains mois, les élus de Marathon et de Biigtigong Nishnaabeg auront une meilleure idée des étapes qu’ils devront suivre pour faire avancer le projet.

«Nous travaillons présentement avec une firme de consultants pour déterminer les volumes de marchandises qui pourraient être transportées de la communauté et la grandeur maximale des navires qui pourraient entrer dans le port», explique M. Dumas.

Des discussions préliminaires avec de potentiels opérateurs pour le port ont déjà commencé. Ils espèrent embaucher un directeur général pour le projet dans la première moitié de 2023.

Pour le moment, il n’y a pas d’administrations portuaires canadiennes sur le lac Supérieur entre Sault-Ste-Marie et Thunder Bay,une distance de plus de 700 kilomètres.