le Mercredi 8 février 2023
le Lundi 16 janvier 2023 23:19 Francophonie

Renouer avec la nature et le livre

Les nouvelles affiches bilingues du sentier de la lecture de North Bay. — Photos : Éric Boutilier
Les nouvelles affiches bilingues du sentier de la lecture de North Bay.
Photos : Éric Boutilier
North Bay — Le Bureau de protection de la nature de North Bay-Mattawa, les Compagnons des francs loisirs et les membres du regroupement d’alphabétisme en plein air COOL (Community Oriented Outdoor Literacy) ont inauguré leur tout premier sentier de la lecture.
Photos : Éric Boutilier

Des cadres grand format du livre Ce frisson de mésange ont été affichés sur une clôture en bois le long d’une petite section du sentier McNutt en périphérie de la station de ski Laurentian de North Bay.

Les organismes ont deux objectifs communs : encourager davantage de familles à passer du temps dans la nature et aider les jeunes à améliorer leurs compétences en lecture.

«Quand on a installé un ensemble de cadres avec la page un, page deux et page trois, les cadres sont espacées donc c’est une activité physique dans la nature qui inclut de la lecture», explique l’agente de programmation des Compagnons, Anne Brûlé.

«Il y a des choses à découvrir. On essaie de choisir des livres qui vont inciter les gens à découvrir des éléments de la nature autour d’eux, faire des activités physiques, s’étirer ou penser de façon scientifique», précise-t-elle.

Observer la forme d’une roche ou d’une feuille, écouter pour trouver le chant d’un oiseau sont toutes des activités qui peuvent éveiller les sens et agrémenter le temps passé en nature avec la famille. Les activités extérieures avaient plus d’importance pendant la pandémie, puisque c’était une façon sécuritaire de se réunir. Ces groupes voudraient que les familles garde ces bonnes habitudes.

Photos : Éric Boutilier

Un travail d’équipe

Les Compagnons, le Bureau de protection de la nature de North Bay-Mattawa et le groupe COOL ont uni leurs forces afin de réaliser ce projet. Au cours de la dernière année, de nombreux partenariats ont été établis pour faire avancer les travaux et la traduction de certains récits. 

«Plusieurs organismes avaient commencé indépendamment la discussion de faire des sentiers de lecture et ils ont approché le bureau de conservation de la nature. Ils ont dit “ben peut-être qu’on pourrait travailler ensemble”», raconte Mme Brûlé.

«Il y avait une élève qui étudiait à l’École de médecine du Nord de l’Ontario les effets positifs d’avoir ces sentiers-là dans nos communautés. Ç’a tout parti la discussion puis on a commencé à tenir des rencontres.»

Les Compagnons ont veillé à l’aspect francophone l’activité. «Le comité en effet avait déjà parlé de ça. Ils étaient contents de nous avoir comme partenaire pour appuyer des traductions ou assurer la qualité des livres présentés pour les gens», dit Mme Brûlé.