le Dimanche 5 février 2023
le Jeudi 19 janvier 2023 0:57 | mis à jour le 20 janvier 2023 16:27 Francophonie

Réunion pour l’avenir du Camp jeunesse en marche

  Photo : Courtoisie
Photo : Courtoisie
Témiskaming Shores — Le samedi 28 janvier, la communauté francophone du sud du Témiskaming est convoquée à la consultation sur l’avenir du Camp jeunesse en marche, situé sur les bords du lac Gillis dans le canton de Coleman.

Construit il y a une quarantaine d’années, le Camp jeunesse en marche est aujourd’hui à la croisée des chemins. Bien que ce soit un lieu de rassemblement pour des fêtes de famille, depuis trois ans, à cause de la pandémie, le Camp n’offre plus de camps d’été pour les jeunes. Or, le Camp a été créé pour cette raison par ses membres fondateurs : le Club Richelieu, la paroisse Sacré-Cœur, les sœurs de l’Assomption s.v., les conseils de Haileybury, de New Liskeard et d’Earlton des Chevaliers de Colombs.

Le vendre ou le relancer? 

Ces questions brassent depuis plus d’un an. Il y a eu un rapport d’étude qui recommande sa relance. Les membres fondateurs ont aussi le désir d’aller dans le même sens. La rencontre du 28 janvier servira à consulter l’ensemble de la population francophone sur la voie à suivre.

«On veut savoir jusqu’à quel point les francophones ont à cœur le Camp jeunesse en marche», dit le président du comité de relance, Gérard Vachon. «Jusqu’à quel point le Camp est-il important pour la communauté francophone? Quel est son niveau d’engagement? Peut-on compter dessus? On veut mesurer l’attachement de la communauté francophone au Camp.»

Gérard Vachon, président du comité organisateur de la consultation du 28 janvier pour l’avenir du Camp jeunesse en marche

Photo : Courtoisie

Les participants auront à s’exprimer sur ces enjeux urgents. Identifier les possibilités d’assurer la viabilité et de donner au Camp son dynamisme et son rôle de formation au leadeurship dans la communauté francophone.

«Le Camp jeunesse en marche est une histoire à succès, réitère Gérard Vachon. On a accueilli plusieurs centaines de jeunes au cours des années. Avec tout ce que cela comprend d’expériences qui peuvent changer des vies et des amitiés qui durent encore. Puis tous les moniteurs et monitrices pour qui c’était la première expérience de leadeurship. Sans compter que toutes ces années-là se sont passées sans incident fâcheux. C’est quand même pas rien! Abandonner le Camp serait quasiment une trahison!»

M. Vachon dit être «agréablement surpris» de l’intérêt pour la rencontre du 28 janvier. Plus de 50 personnes ont confirmé leur présence jusqu’à maintenant. Le comité organisateur a sollicité tous les membres fondateurs, les organismes locaux, les clubs sociaux, les conseils scolaires, les écoles, les municipalités, des entreprises et des gens du monde des affaires. «On veut être le plus inclusif possible. C’est ouvert à toute la population du sud du Témiskaming», insiste un des membres du comité organisateur, Yvon Toupin.

«Il y a des jeunes du secondaire qui ont indiqué qu’ils seraient présents. On est ouvert à tous», ajoute Gérard Vachon. 

L’animation de la journée a été confiée à Jocelyn Blais. Il est propriétaire du gite touristique Les suites du président à Haileybury. Il connait bien la communauté francophone d’ici et a une longue expérience en développement durable pour les entreprises, le tourisme et les groupes sociaux. Son expertise en leadeurship et en animation de réunion sont reconnues.

La réunion aura lieu le samedi 28 janvier à partir de 9 h (le matin) à la salle paroissiale de l’église Sacré-Cœur. Ceux et celles qui aimeraient s’ajouter au groupe doivent confirmer leur présence au 705-647-8066 ou à gvachon46@gmail.com, pour des raisons d’organisation.