le Mercredi 8 février 2023
le Mercredi 25 janvier 2023 0:34 | mis à jour le 25 janvier 2023 0:37 Éducation

Paul-Émile Legault et les prochaines générations

Paul-Émile Legault — Photo : Julien Cayouette
Paul-Émile Legault
Photo : Julien Cayouette
Le responsable du Planétarium Doran de l’Université Laurentienne prend sa deuxième retraite.

Paul-Émile Legault devant le projecteur du Planétarium de l’Université Laurentienne

Photo : Julien Cayouette

Sudbury — Si vous connaissez le nom Paul-Émile Legault, il y a de grandes chances qu’il soit associé au planétarium Doran de l’Université Laurentienne, puisqu’il en est le responsable depuis les années 1990. Cette ère est maintenant terminée : M. Legault prend sa retraite de ce rôle et ses collègues et amis lui ont rendu hommage le 18 janvier dans la salle qu’il a si longtemps habitée.

Même s’il a pris sa retraite en tant que professeur du département de physique en 2006, M. Legault a continué d’enseigner des cours et diriger le planétarium. Il passe le flambeau au professeur de littérature Hoi Cheu, qui est en train de recruter l’aide de deux scientifiques de Snolab. Le professeur Cheu lance à la blague qu’à trois, ils devraient pouvoir être presque aussi bons que M. Legault.

Transmettre la passion des sciences

Le planétarium Doran de l’Université Laurentienne faisait partie du département d’astronomie de l’établissement. Le jour où il a été fermé, le planétarium est tombé sous la responsabilité du département de physique. 

Il a longtemps été réservé aux étudiants de la Laurentienne, jusqu’au jour où, avec l’accord du directeur du département et l’aide financière de l’Université, il a été amélioré et ouvert aux élèves du primaire et du secondaire de la région. «Au cours des années, j’ai développé toute une série de présentations», dit M. Legault.

«L’idée, c’est d’intéresser [les jeunes] dans les sciences. Quand je prépare une présentation, ça a affaire à l’astronomie, mais aussi avec la physique, la géologie, l’atmosphère des planètes, la chimie… Alors ça nous donne la chance de parler de différentes sciences.» Les jeunes qui écoutent peuvent se découvrir un intérêt particulier pour une de ces sciences en écoutant les présentations, dit-il.

En ce moment, les présentations pour les écoles sont arrêtées. M. Legault espère cependant qu’elles reprendront; et c’est l’intention du professeur Hoi Cheu. «Notre nouvelle doyenne est ouverte à la possibilité de continuer à ouvrir le planétarium.» Le professeur à la retraite est aussi là s’ils ont besoin de son aide, dit-il.

 

La version complète de ce texte a été publié dans Le Voyageur du 25 janvier 2023.

Le projecteur du Planétarium de l’Université Laurentienne peut recréer le ciel étoilé de Sudbury. La sphère où l’on peut voir une plus grande concentration d’étoile est le projecteur.

Photo : Julien Cayouette

Le système de projection du planétarium de la Laurentienne

Photo : Julien Cayouette